Coeur en moisson

Comme un été qui achève Le cœur en moisson Prêt à la récolte À l’abondance des chairs mûries au soleil À leur charme saisonnier Cœur en jachère Résolu à lâcher prise Sur ses désirs de ciel bleu Hospitalier au labourage des cycles Au ballet des nuages Le souffle lent et chaud Comme un coup de Sirocco Les … Lire la suite Coeur en moisson

Comme un dimanche

Enfiler une jolie robe Celle qui tourne au vent Guipure enchantée Pour déjouer demain qui arrive trop vite Le cœur comme un dimanche Élégant Juste assez détendu Mais comme un enfant qui joue En pensant à l’école La tête comme un dimanche Enrubannée de méditations fragiles Sur des sonates de Beethoven Piano mélancolique qui amplifie l’émotion Et … Lire la suite Comme un dimanche

Grandes marées

Cœur liquide Obéissant aux gravités terrestres Attiré par les corps célestes Cœur fluide Soumis aux attractions combinées De la terre et du ciel Cœur coulant Remous atmosphériques Et courants marins Sous nos chairs Pacifiques Combattant d’un même ressac Inertie et vents contraires Grandes marées Houles passagères Provoquant l’arrêt du souffle La peur de plonger Devant … Lire la suite Grandes marées

La brochette du bonheur

1h12. Ça tourne et cogite fort au grenier. Sors de ma tête, sors de ma tête, sors de… –         Oh mais crache ton idée, qu’on en finisse avec ce tournicoti de sottises. Ça va me rendre folle, Guy. –         Opération complétée. Tous nos problèmes gravitent inévitablement autour de trois pôles. La tête… –         Cruche vide. … Lire la suite La brochette du bonheur

Histoire de cloisons

Petite neige qui fait la nuit toute blanche. 1h11. –         1h11 poulette, fais un vœu ! Il faut 4 chiffres semblables pour faire un vœu, Guy. Pas trois. –         Essaie quand même, on ne sait jamais. 1h11…trois fois 1… c’est un signe ! Signe que je dois arrêter de croire en ces bêtises, surtout la nuit. –         … Lire la suite Histoire de cloisons

Pinot pour deux

Quand le fruit rouge des champs Parfumé et lourd de soleil Est moins sucré Que sa bouche Moins nourrissant Moins invitant que l’intérieur de ses joues On ferme les yeux Et on en demande encore Gourmand   Quand à l’air qui nous garde vivant Air si doux Mistral de nuit On préfère l’odeur de son … Lire la suite Pinot pour deux