Oui mais comment ?

Comment dire pardon
S’excuser à un cœur blessé
À de beaux yeux verts
Mouillés
Qui interrogent les miens
Alors que nos larmes ont déjà arrosé naissances
Deuils
Et sacrements
 
Comment économiser la vérité
Quand son visage est celui d’une épée
Et son message tranche à jamais
Ce pont de chair et de sang
Entre nos corps fatigués
 
Comment accepter
Une promesse brisée
Et souffler ce nuage
Aux odeurs de trahison
 
Promesse rompue envers toi
Pour mieux honorer cette autre là
Promesse de moi à moi
 
Quand je tremble de l’intérieur
Que le vent m’arrache à toute chaleur
Que la route est laide
Et les nuits tristes
Même transie
Seule
J’ai juré que la Peur jamais ne me guiderait
Là où je vais
 
Ne pas la suivre
Même si je la flaire à mes côtés
 
Comment dire courage
A ces petites jambes
Qui avancent sur un sentier moins connu
Un pas à la fois
C’est comme ça
Avec vos mains dans les miennes
On y arrivera
 
Et merci
Comment le dire
À tous ces bras tendus
À ces oreilles et ces esprits
Grands ouverts
Rassurants
Voyez comme vous m’avez bien nourrie
Aujourd’hui je souris
 
Oui
Mais
 
Comment dire pardon
À travers tout ce chagrin
Alors qu’il n’y a que le bonheur
Qui sait pardonner
 
Mon chemin a fait dévier le tien
 
Ma vérité a bousculé la tienne
 
Mille pardons
 
Mais
 
Ma flamme s’éteindra en même temps que mon corps
 
Pas avant
 
***
 
« Il y a des moments dans la vie – rares, je vous le concède, – où il faut avoir raison. » Françoise Sagan.
Publicités

19 réflexions sur “Oui mais comment ?

  1. Tes mots remplis de doute m’ont touchée…ton point final a fait mes épaules se redresser ! Tu écris vraiment bien Catherine !
    Nathalie

    J'aime

  2. J’espère que ceux que tu as blessés savent à quel point tu les aimes. Je le sens à te lire. Souhaitons-leur un coeur ouvert au pardon et un esprit qui accueillera bientôt la lumière…

    J'aime

  3. Très touchant texte. Tes mots vibrent des émotions ressenties et je les ai reçus en plein thorax. Je les accueille en souhaitant t’en libérer pour ensuite te voir danser au soleil de l’été. Et des enfants font la ronde autour de toi.
    Je t’embrasse

    J'aime

  4. Depuis une semaine je te lis et te relis et je ne me souviens pas d’un texte m’ayant laisse a ce point sans mot.
    On sent tres bien toute ton inquietude et c’est surement ce qui me vole mes mots.
    Dans le fond je t’ecris seulement pour que tu sache que je t’ai lu.
    Merci d’avoir partager avec nous.

    J'aime

  5. Quel texte magnifique !
    Quel aplomb ce pardon !
    Mais le temps qu’il faut à pardonner n’est pas un temps perdu.
    Il muscle le coeur et affine le si beau de la Vie.
    Entre, ami.

    J'aime

  6. Au coin du chemin public, sur la limite de la pelouse, pousse une belle talle de fraisiers sauvages qui achèvent de fleurir et forment leurs fruits. Je l’évite soigneusement au moment de la tonte, et je pense à toi et à ton talent à chaque fois.
    Voici que demain matin dans la rosée, je ramasserai le tout premier fruit tout rouge de ses sucres, justement alors que tu viens de nous donner ton plus beau texte, tellement humain, sensible, vrai, universel.
    Et je ferai le lien entre ce que nous sommes et ce que la nature nous offre pour compenser!
    Il n’y a que toi Catouchkarissima, pour nous emporter ainsi. Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s