Ambitions

4 heures 27. Ma nuit semble visiblement terminée.

–         C’est désolant. 

Arrête avec tes sermons sur la montagne. Je pensais que cette histoire était classée.

–         Une fille avec des diplômes en plus.

C’est bien le dernier argument à me donner.

–         Diplômée mais sans aucune ambition… désolant oui.

Oh mais tu me la fous la paix, dis ? L’ambition n’a rien à voir avec les diplômes.

–         C’est ça, essaie de te convaincre, voir.

Ou le travail qu’on fait.

–         Bien sur, tout le monde sait ça, l’ambition est reconnue au travail qu’on ne fait pas. Cruchonne.

Aargh ! Mais tu ne comprends vraiment rien à la flamme de vie, maudit rongeur binaire.

–         Flamme de vie…pitié. Je comprends que tu es paresseuse, que tu ne cherches pas à te dépasser au travail, à grimper les échelons salariaux en talons hauts et devenir adulte une fois pour toute.

Tu me fais suer.

–         Tant mieux, ça compense pour la sueur que tu ne fais pas couler à l’ouvrage.

Mais arrête ! T’es complètement dans la mare, vermine d’égout. À côté des rails et enveloppé de brouillard.

–         C’est ça… allez, choque-toi et déballe ton vocabulaire. C’est une réaction typique de non-ambitieuse.

Mais je suis ambitieuse Guy, je suis même d’un appétit sans fond dans mes aspirations personnelles.

–         Vraiment ? La dernière fois que t’as demandé une augmentation de salaire, c’était… attends, je cherche… .c’était… hmm…cherchons plus loin encore….

À chacun ses ambitions. Les miennes ne sont pas de cet ordre.

–         Fainéante en linge mou.

Et tu sauras que je travaille fort à les réaliser.

–         La vraie ambition c’est aspirer à mieux, à plus….

Se libérer de l’ego.

–         Plus d’argent.

Plus de temps.

–         Plus de responsabilités.

Plus d’introspection.

–         Convoiter un avenir brillant.

Vieillir entourée de mes amies d’enfance.

–         Faire des heures supplémentaires.

Être présente, disponible.

–         S’entourer de gens influents.

Cultiver l’authenticité pour pouvoir la reconnaître chez les autres.

–        Devenir prospère.

Consommer peu, consommer mieux et enseigner à mes enfants la valeur d’un repas à table.

–         Être en position de conseiller.

Écrire un cahier de recettes à mes enfants.

–         Foncer, garder le cap sans regarder en arrière.

Connaître leurs amis, tous leurs amis et les inviter à manger des pizzas maisons.

–         Ne jamais révéler ses faiblesses, toujours offrir le meilleur de soi.

Vivre et dire la vérité, puis trouver la petite dose de courage quotidien pour rester dans son sillon.

–         Tenir tête à ceux qui bloquent la montée.

Veiller à maintenir ma tête, mon cœur et mon corps bien enlignés sur une même trajectoire…comme trois pierres précieuses sur le chemin de l’équilibre.

–         Pouvoir s’offrir le meilleur dans la vie.

Aller à la rencontre de la différence.

–         En faire plus que les autres.

Avoir le temps de lire…se tapisser l’intérieur de poésie.

–         Rêver aux plus grands honneurs.

Offrir le thé aux copines chagrinées et sortir la vaisselle des grandes occasions.

–         Enchaîner les projets.

Regarder le soleil se coucher et se dire qu’on serait vraiment chanceux d’être encore là pour le voir se lever.

–         Laisser sa marque dans le monde.

Faire germer mes pépins de pomme et les mettre en terre. En attendant, apprendre aux enfants à faire des tartes. 

–         Obtenir son bonus à tout coup.

Jouer à rire chez Zaz, même s’il est tard et que c’est l’heure de partir.

–         Se fixer des objectifs à court, moyen et long termes.

Rester fidèle à mes plaisirs de jeunesse.

–         Devenir une référence.

Réussir un soufflé au chocolat un mardi soir.

–         Maintenir la forme physique pour rester performant mentalement.

S’embrasser encore, même si c’est l’heure de dormir.

–         Déjouer les statistiques.

Accepter de ne pas tout contrôler.

–         Apprendre à se mettre en valeur.

Me tenir debout.

–         Contrôler les tournants de la trajectoire.

Faire confiance.

–         Devenir quelqu’un de grand…

Reconnaître qu’on est petits, infiniment petits.

–         D’important…

Mais qu’on porte en nous les possibilités du grandiose.

–         Connaître les réponses.

Accueillir toutes les questions.

–         Viser le sommet.

Apprendre le nom des étoiles et réveiller ma fille la nuit pour lui montrer Sirius, la plus brillante.

–         Être convoité.

Être soi.

–         Et payer ses comptes tous les mois.

…ah merde… les comptes.

–         Oh mais t’inquiètes Miss Patchouli, tu pourras toujours t’éclairer de la lumière qui jaillit de ta flamme de vie quand on viendra couper l’électricité chez toi….

***
« (…) mais qu’est-ce qu’ils ont tous ? On a le temps. Faut prendre son temps. Faut prendre le temps de prendre son temps. Comprends-tu ? Regarde-les, mais regarde-les donc : d’un bout du champ à l’autre, ils courent. Après quoi, je te le demande, hein ? »
(Extrait: Alexandre le bienheureux – film d’Yves Robert).
Publicités

6 réflexions sur “Ambitions

  1. Elle vient d’où cette idée que l’ambition est une qualité ? Ceux qui ont fait les guerres avaient des ambitions. Gandhi tissait du lin, Jésus parlait de son Père, Bouddha mangeait des fruits (pas assez de fibres malgré tout, à l’évidence)… L’ambition c’est l’aveu qu’on est pas bien là où on est puisqu’à la base c’est un désir de changer d’état. Elle engendre un effort et est donc source éventuelle de stress. C’est le contraire de Voir. Je vous souhaite de ne jamais vous sentir coupable de ne pas avoir d’ambition (ou le moins possible). Comme s’il y avait là une possible source de bonheur qui égale la pratique du rire chez votre ami(e) Zaz…

    Allez, debout, on enlève chapeau, droit on se tient, puis un… deux… trois…

    « Allons enfants non ambitieux-eux-eux, le jour de Joie est arrivé… ! »

    J'aime

    1. Ambition du jour: appeler ma super amie Zaz pour lui dire qu’elle est devenue célèbre et figure même dans les commentaires de ce Journal. En profiter pour jasouiller et la faire cramper dans son bureau, entourée de gens très très sérieux…
      Merci Zouk’.

      J'aime

  2. That’s it… keep that 80s uniform at bay with the fat rodent lost in it.. chomping his way through the cufflinks… while you stay amazed…… amazing. Inspired….. inspiring.

    J'aime

  3. Je ne sais pas comment te le dire… enfin, c’est assez délicat. Il va falloir que tu sois forte, que tu t’assoies et que tu prennes une gorgée de vin. Voilà : je crois que tu as un hamster libéral. C’est douloureux, hein? Reprends une autre gorgée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s