Le trou

2h10 am.

–         Il n’a rien compris ton ami?

C’est pas tout à fait exact.

–         Non mais vraiment, tu lui as parlé, répété mille fois sa valeur et c’est comme si tu parlais à un politicien.

C’est pas de sa faute… c’est le trou.

–         Quel trou?

On naît tous avec un trou Guy.

–         On parle d’orifices cette nuit? Wouihouu, ça va être encore plus chaud que je pensais!

Arrête…j’parle pas d’un trou visible.

–         Lequel alors ?

Au cœur. On naît avec un cœur inachevé, troué. Les parties essentielles à la survie physique y sont mais il manque les morceaux qui lui donnent une vraie raison de battre.

–         C’est à dire ?

Ben…habituellement c’est l’amour. De soi d’abord.

–         Ah non, pas encore…

C’est ce qui nous donne une raison de vivre à nous, les humains.

–         Et le rapport avec le zouf qui ne t’écoutait pas?

Il m’écoutait. Simplement, tout ce qu’on lui dit tombe dans le trou. Tout ce qu’on dit de gentil, plutôt. Il n’arrive pas à absorber les compliments, c’est beaucoup plus indigeste pour lui que des reproches. Ça il absorbe.

–         Nom d’une ratte, il en existe des plus compliqués que toi ?

Nous naissons tous avec ce trou, Guy. Mais la plupart d’entre nous avons des parents qui le remplissent plutôt bien. Ça se fait de façon variable selon les familles, les événements… et c’est ce qu’on traîne comme adulte… un trou plus ou moins gros…qui permet ou non au cœur d’absorber les beaux mots et de s’en nourrir.

–         Les mauvais mots aussi ça nourrit le cœur.

C’est sûr. Mais trop de mauvais mots, eh bien ça devient notre voix intérieure. Celle-là même qui bloque l’accès aux compliments.

–         Comme un principe de forteresse protégée.

Un peu…mais le problème c’est qu’on ne se protège pas nécessairement contre les bons ennemis.

–         Et ce trou, si on y met de l’eau, on peut en faire une patinoire l’hiver ?

On peut en faire bien des choses, si tu savais.

–         Un potager l’été ?

Ça serait déjà pas mal. Il y en a qui le remplissent avec toutes sortes de cochonneries qui les éloignent d’eux-mêmes mais c’est ça l’idée… sortir de ce corps, fuir sa chair et ses empreintes, taire la voix intérieure… devenir beau et fort dans un univers créé par soi…

–         L’enfer de la drogue après la pause ?

D’autres le remplissent avec des gens, plein de gens, toujours plus… l’illusion d’être désirable, important, l’appétit du prédateur, constamment tourné vers la prochaine proie alors qu’il rote encore les restes de la dernière. La victoire de ne jamais s’endormir seul.

–         Mais c’est très bien ça!

Et puis y’a plein d’autres trucs encore pour remplir ce trou… l’argent, le sport, la religion, la haine, le travail, la loterie, la bouffe, même les enfants parfois…

–         Mais c’est pas tout mauvais ça.

Ça dépend…même la meilleure des vertus n’a plus rien de noble dès qu’elle devient rigide. Mais t’es pas complètement dégénéré mon raton, le trou il peut effectivement nous permettre de réaliser de bien belles choses.

–         Un urinoir portatif ?

Quand on le regarde assez longtemps, qu’on l’apprivoise, il peut nous aider à peindre, écrire, philosopher, composer, écouter, créer… c’est joli un trou quand c’est fleuri, quand on laisse le vent, le soleil passer au travers et en faire chanter les parois.

–         Et ton ami ? Il l’a rempli comment son trou ?

Avec des images, toutes sortes d’images rassurantes. La famille, le couple, la réussite… il a le cœur rempli d’images qui sont là depuis si longtemps qu’elles l’empêchent de voir…mais surtout de nommer la vérité.

–         Et toi ?

Quoi moi ?

–         Ton trou ?

Quoi mon trou ?

–         Y’a quoi dedans ?

…..

–         Oh la sorcière de la nuit ? T’es volubile pour parler des autres, mais ton trou à toi, vieille passoire, il est plein de quoi ?

de…de crottes de hamster, j’pense…

***

« L’art et rien que l’art, nous avons l’art pour ne point mourir de vérité. » ~ Friedrich Nietzsche
Publicités

9 réflexions sur “Le trou

  1. Chere Cat Fou

    Tu écris peu ces jours-ci mais ca c’est vraiment bon, tu me rejoins beaucoup.

    J’espère que cette exercice t’a permis de remplir tes trous.

    Erik xox

    J'aime

  2. Salut Catherine,
    Je ne te lit pas de façon régulière, mais à tous les fois où je le fais, je suis touché d’une façon quelconque.
    Aujourd’hui, tu m’as permis de reprendre conscience de mes crevasses, de reprendre conscience avec mes tentatives de les combler.
    Merci
    xx

    J'aime

  3. Ah le Trou, enfant délinquant de l’Être. Parfois noir à gérer mais bon, que serait l’Art sans les extrêmes émotions qui peuplent ce vide ? Mozart aurait fait de la publicité pour du savon à linge. Da Vinci n’aurait inventé que la brosse à dents…

    Quand on s’incarne, je suis sûr que Dieu nous demande avant de nous lâcher la main; « T’es certain(e) de ne pas vouloir être un bateau à la place ? Parce qu’avec l’état d’humain vient le Trou… »

    Et on choisit tous, ou presque, l’humain. (Quand même, ayez une bonne pensée quand vous verrez un bateau).

    Autant que le Rire, le Trou est le propre de l’Homme. Faut faire avec. Je vous y mets plein de fleurs et y télépathise beaucoup de douceur.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s