La part des étoiles

Trois heures douze. Tempête de neige. Et tombent et tombent….

 –         Les flocons?

 Les couples. Toutes ces unions qui s’effondrent.

 –         C’est sûr. À ton âge, vous êtes soit folles, soit vraiment folles.

 Arrête. Ça se danse à deux le tango conjugal. Et c’est pas facile.

 –         Tu parles… un jeu de hamster l’accouplement.

 Je ne parle pas d’accouplement. N’importe quel rongeur libidineux peut réussir ça. Je te parle de la recette d’un duo gagnant.

 –         Une demi-tasse de monsieur et une pincée de madame?

 Ça prend un peu plus qu’une pincée, j’te dirais.

 –         Une grosse cruche?

 Premier ingrédient, la compatibilité.

 –         J’pensais qu’en amour fallait pas tenir des comptes?

 Com-pa-ti-bi-li-té! Une concordance dans les champs d’intérêts mais surtout dans la philosophie de vie, les valeurs, la définition du plaisir.

 –         C’est déjà compliqué.

 Vient ensuite le respect.

 –         Quelle quantité?

 Suffisante. Respecter, par exemple… le sommeil de l’autre.

 –         Au contraire. Troubler le sommeil est amusant non? C’est un signe d’intérêt. Regarde comme je te divertis avec mon museau, avec ma queue…

 GUY!

 –         Du calme la duchesse du courrier du cœur. Après l’extrait de respect, on rajoute quoi à ta bouille-à-baise?

 Tu te trouves drôle?

 –         Joui!

 (J’ai vraiment besoin de dormir).

 –         Ensuite chef? Ça manque de liquides ton truc…

 Ben ensuite ce sont les ingrédients personnels… tu y vas au goût…humour, générosité, honnêteté, ambition, intelligence, écoute, beauté…chacun y va de ses préférences, de ses priorités.

 –         Une recette à ingrédients variables.

 Un peu, oui. C’est la part du vent. Parce qu’il y en a qui préfèrent lire que rire, par exemple.

 –         Ou qui préfèrent rire que prier.

 Voilà. Ou voyager qu’épargner.

 –         Cuisiner que voyager.

 Discuter qu’embrasser.

 –         Mentir que jouir.

 Jouir que vieillir.

 –         Se faire regarder que regarder.

 Méditer que compter.

 –         Écouter que parler.

 Agir que réfléchir.

 –         Réfléchir que dormir.

 Dormir que comprendre.

 –         Pourtant pas sorcier comme recette.

 Il manque quelque chose.

 –         Quoi?

 L’essentiel.

 –         Quoi Ginette?

 L’ingrédient magique. Qui ne s’explique pas.

 –         Explique moustique. Personne ne croit en la magie.

 Un coup de baguette qui vient du ciel, qui fait que ça brille. Longtemps.

 –         T’as encore bu thé hallucinogène?

 Qui fait que tu n’y comprends rien. Mais que ça goûte le sucre quand tu l’embrasses, même après avoir bouffé des crevettes à l’ail, tu comprends?

 –         Beurk.

 Que tu marches dans la rue et tu sais que tu pourrais tourner à droite, là, tout de suite, même si tu planifiais la gauche, tu irais à droite s’il te le demandait.

 –         Un contrôleur routier? J’comprends pas, ma biche, parle français.

 Personne ne comprend, Guy. Et c’est ce qui fait que c’est lumineux. C’est la part des étoiles.

 –         Compliqué comme ingrédient.

 Pas compliqué. Rare. Celui là, il est souvent en rupture de stock dans une relation.

 –         T’as besoin de dormir, Clochette.

 Nan. Je reste éveillée. C’est l’heure des étoiles. Depuis le temps que j’attends ma commande…

 ***
«  je finirai bien par te rencontrer quelque part
bon dieu!
et contre tout ce qui me rend absent et douloureux
par le mince regard qui me reste au fond du froid
j’affirme ô mon amour que tu existes »
(Extrait de La marche à l’amour – Gaston Miron)
Publicités

19 réflexions sur “La part des étoiles

    1. Meme la saveur des etolies peut y avoir un petit apres-gout de melancolie. C’est ce qui les rend reellement exquises !

      Love sharing in your insomniac insights, Catherine. And a five-star treat to find you here, Lissa…

      J'aime

      1. For the love of Mary…….. what a Sunday wake !….. Following the steps of a relentlessly agenda’d Vinet (you know it) to Anna’s full-on Italian embrace (you feel that), to Catherine’s heroic verse (dead center feline)… and Francine’s phone call (top that) .. JOY to sisterhood.. Je t’aime.

        J'aime

  1. Un chapelet d’étoiles qui se remue.
    Et l’Amour qui charge, l’Amour cet exorciste.
    Et l’insomnie, mieux que vieux rêves.
    Sur cette belle bleue, pour toujours, pour toujours.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s