Perles d’eau douce

 Je les porte en collier
Perles d’eau douce
Rubis flamboyants
Améthystes changeantes
Transparentes topazes
Toutes précieuses
Irremplaçables
Mes amitiés
 
Quand l’amour engloutit
Qu’il paralyse l’appétit
L’amitié repêche
Recoud le cœur
Récupère ses morceaux
Et tisse des heures qui goûtent bon
Le saucisson sec
Un rouge de l’ancien monde
Et le gâteau basque
 
Si l’amour enfièvre le corps
Emballe le cœur
Et enivre la tête
Sa sœur l’amitié
Accorde équilibre
Santé
Folles nuits à libérer
Dévoiler
Et rire
Sans masque
 
Essuyer une larme
Frotter un dos
Ça ira
Tu verras
C’est déjà bien
 
Dire je suis là
Puis être là
Sous tous les ciels
C’est encore mieux
 
Mais partager la liesse
La réussite
Sourire à la caresse du soleil
Qui jaillit du chemin voisin
Accueillir la lumière de l’autre
La nourrir
Sans y trouver ombrage
C’est l’amitié
 
Perles d’eau douce
Rubis flamboyants
Portée par votre brillance
J’avance
Parée
Rassurée
En votre essence
Confortable
Sous votre halo
Amis
Pouls de ma vie
 
Améthystes changeantes
Transparentes topazes
Je vous enrubanne
Et garde au frais
Impatiente
Des montagnes de bulles
Pour consoler
Le temps d’une éclaircie dans la cour
Un chagrin d’autoroute
Puis entonner
La beauté
Touchante
Si simple
De nos mailles emmêlées
 
***
 
« Lorsque la chance nous sourit, nous rencontrons des amis; lorsqu’elle est contre nous, une jolie femme. » Proverbe chinois
Publicités

20 réflexions sur “Perles d’eau douce

  1. Plus qu’une soeur et un frère : un ami.
    Mon meilleur, l’avoir assisté jusqu’à la mort.
    Deux mois de pur bonheur.
    Un frigidaire de Bleue, un frigidaire de Molle.
    Quelques joints de tabac de course pour l’appétit
    et quelques joints de branche joyeuse pour oublier la victoire du cancer.
    Son départ confirmât cette triste règle d’exception : je ne détiens plus de meilleur ami …

    Beaux pieds, beaux jelly beans …

    J'aime

  2. J’oubliais … encore quel beau texte chère insomniaque !

    Beaucoup de mes amis sont venus des nuages
    Avec soleil et pluie comme simples bagages
    Ils ont fait la saison des amitiés sincères
    La plus belle saison des quatre de la terre

    Ils ont cette douceur des plus beaux paysages
    Et la fidélité des oiseaux de passage
    Dans leur coeur est gravé une infinie tendresse
    Mais parfois dans leurs yeux se glisse la tristesse

    Alors ils viennent se chauffer chez moi
    Et toi aussi tu viendras

    Tu pourras repartir au fin fond des nuages
    Et de nouveau sourire à bien d’autres visages
    Donner autour de toi un peu de ta tendresse
    Lorsqu’un autre voudra te cacher sa tristesse

    Comme l’ on ne sait pas ce que la vie nous donne
    Il se peut qu’à mon tour je ne sois plus personne
    S’il me reste un ami qui vraiment me comprenne
    J’oublierai à la fois mes larmes et mes peines

    Alors peut-être je viendrai chez toi
    Chauffer mon coeur à ton bois

    L’amitié Françoise Hardy 1965
    Paroles : Jean Max Rivière.

    J'aime

  3. Je n’arrive pas a trouver un mot, une phrase, une replique qui se veut aussi belle que Je les porte en collier. I have not a thing to add which sustains your writing. Only thoughts strung with admiration. Blurred visions of words I can’t find. This is a gem. You are a gem. X
    lissa

    J'aime

  4. Écrire en époilant le zappa qui pousse sur mon menton.
    Écrire quelque chose de contraire aux caractère carré.
    Écrire l’impuissance de tout saisir ce qui m’est satellite.
    Écrire le pétillement de sa liberté.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s