Rouler la nuit

 
Fais ton petit bagage
Emplis une tasse de café bien chaud
Et n’oublie pas d’arroser les plantes
Je ne saurais te dire quand nous reviendrons
 
La nuit est douce
La voiture est prête
Et la route
Déserte
Nous appelle
 
Leonard Cohen
Peter Gabriel
Miles Davis
Melissa Etheridge
Sigur Ròs 
Alain Souchon
Accompagneront la berceuse du moteur
Le chatouillement des pneus sur le bitume noir
 
Nul besoin de parler
Les mots n’ont pas leur place
Dans l’habitacle saturé par les échanges impudiques entre nos sens
Dégourdis par l’air frais de la nuit
 
C’est tout juste si je murmurerai la plainte de la trompette sur Bye Bye Blackbird
Ton doigt sur le volant battra discrètement le rythme lourd sur In Your Eyes
Comme une salutation timide au génie de ce chant
Mais sans plus
 
L’enchantement sera partout
Dans l’odeur du café noir
Mêlée à la blancheur de la lune
L’engourdissement de nos chairs fatiguées
Et l’opacité des ombres défilant à vive allure de l’autre côté de ma vitre baissée
 
Et puis il y aura ma main sous la chaleur de ta cuisse
Tes yeux fixés sur la route
Tandis que les miens s’enivreront du ciel noir liquoreux
Fidèle compagnon de mes nuits
Amant loyal de mes insomnies
 
Lorsque mes paupières s’alourdiront
C’est sur ton épaule droite que ma tête se laissera choir
Lourde
Bourdonnante
 
Spontanément 
Tu pencheras un peu la tienne
L’appuieras sur la mienne
Comme pour y déverser tous ces mots que jamais tu ne prononces
 
Le sommeil serait si bon ainsi
Blottie contre ton odeur
Je sais qu’il viendrait sans peine
Mais je ne veux pas dormir
Plutôt rêver les yeux grands ouverts
Sur ces kilomètres que la voiture engloutit avec force
 
Présente à l’instant d’abandon
Confiante que tu nous mèneras
Là où un soleil nous attend
 
Rouler la nuit
Sans but
Ni chemin
Sans penser à demain
Ni à hier
Juste rouler
 
Pour le vertige de pénétrer le voile noir au bout de la chaussée
L’illusion de se fondre dans cet univers nocturne qui toujours me séduit
Me fascine
M’accueille en son brouillard
 
Pour le plaisir de passer la nuit à tes côtés
À respirer
Partager cet air captif sous notre coquille de fer
Imaginer une route sans fin
Une histoire sans larmes
 
Puis je me dirai
Comme ça à moi-même
Que la vie se résume parfois à une ballade nocturne sous les étoiles
Que le bonheur au fond
C’est toi
Moi
Et la musique d’une nuit d’été sur la 40
 
***
 
« Come on baby let’s get out of this town
I got a full tank of gas with the top rolled down
There’s a chill in my bones
I don’t want to be left alone
So baby you can sleep while I drive » ~ Melissa Etheridge (You can sleep while I drive
Publicités

4 réflexions sur “Rouler la nuit

  1. my dream, partir sur un no where….j’ose espérer que je vais le faire un jour. Un chaud matin d’été tu quittes pour faire des km vers où le soleil te giuderas

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s