Être encore quelqu’un

3h12 du matin.

 –          Et puis ma puce, tu as trouvé ?

Hmmm ?

 –          Tu as trouvé ou pas ?

Trouvé quoi ?

 –          Un sens à ta vie, un vrai. Pas tes conneries sur le bonheur, c’est trop facile.

Guy je me lève dans 3 heures. Il faut que je dorme un peu. La paix, ok ?

 –          Écoute, c’est pour ton bien Aurore. Je te regarde aller et je trouve que tu ne pèses pas très lourd dans la balance mondiale de l’altruisme.

La balance mondiale de l’altruisme. Mais où vas-tu chercher toutes ces âneries ?

 –          Tu serais surprise de constater les dépotoirs de sottises qui se trouvent dans certains coins reculés de ton cervelet.

On fera le ménage du dépotoir une autre fois dac’ ? Les éboueurs cérébraux sont couchés.

 –          Ça ne peut pas attendre. Il en va de ton empreinte planétaire.

Mon empreinte planétaire. Et quoi encore ?

 –          Eh oui, chacun laisse une empreinte de son passage terrestre. Et toi ?

Moi je dis aux autres ce qu’ils doivent faire.

 –          En quoi est-ce une empreinte ?

Je les encourage à donner, à aider, secourir, à s’impliquer.

 –          Tout ce que tu ne fais pas, en d’autres mots.

Exact. Et en poussant les autres à laisser une empreinte positive, je décuple la mienne tu comprends ?

 –          Rien du tout sinon que tu dors pendant que les autres bûchent.

En recherche, on appelle cela de la méta-intervention, hamster inculte. J’interviens sur l’intervention des autres. C’est très productif comme approche, tu sauras. Alors je pèse dans la balance parce que j’y mets le poids des autres. Maintenant je peux dormir ?

 –          Nenni Mussolini. Je te l’ai déjà dit, il faut te trouver une cause à défendre. La disparition des ours polaires, ça t’excite ?

Autant que de me frotter aux extrémistes écolo-végétariens. Tu sais, je me méfie toujours des gens trop convaincus.

 –          La corruption politique ?

Ce n’est pas une cause, c’est un état de fait. 

 –          L’excision des petites africaines ?

Il faudrait d’abord que je parvienne à prononcer le mot sans postillonner.

 –          Les riches qui ne paient pas leurs impôts ?

Ils vont me casser les oreilles avec leur fondation humanitaire.

  –          Allez, il faut trouver. Tu ne peux pas continuer à meubler ton existence uniquement avec les péripéties de ton petit nombril.

Misère que c’est compliqué la vie. Je fais de mon mieux, Guy.

 –          Ce n’est pas suffisant. Tu sais bien qu’il faut toujours se dépasser, faire mieux.

Le mieux est l’ennemi du bien.

 –          Bien est bien, mais mieux est encore meilleur. Moi aussi j’en connais des proverbes, Platonne !

Et tu en connais beaucoup de gens qui traversent leur existence avec une vraie mission et une cause à défendre ?

 –          Tout plein. Et toi aussi d’ailleurs mais tu préfères te moquer de leurs vêtements mal assortis plutôt que de reconnaître leur esprit supérieur.

Tu m’épuises avec tes questions existentielles. Je travaille, j’aime, je lis, j’enseigne, je joue, je danse et j’écris. Même que j’écris à ton sujet, c’est pas beau ça ? Ce n’est pas fort et valable, tu penses ? Je te fais une publicité monstre, à toi et à ton espèce.

 –          La publicité. Le voilà votre problème à vous les humains. Vous recherchez la lumière des projecteurs. Comme un aboutissement en soi. Comme si le fait d’être vu faisait de vous quelqu’un. Comme si se retrouver à l’affiche donnait un quelconque poids à votre matière. Mais qu’est-ce que c’est que ce besoin de toujours être vu, entendu de tous ? Pathétique, oui. Alors que toutes les espèces animales passent leur vie à se cacher de leurs prédateurs, vous vous donnez en pâture aux vôtres. Folie.

Du calme le quadrupède, tu vas encore faire grimper ma pression.

 –          J’ai raison et tu le sais. J’ai des nouvelles pour toi Emily Brontë, on s’en fout de ce que tu penses, de ce que tu fais. Toi et les autres, d’ailleurs. Si tu écris pour la gloire, eh bien tu as tout faux ma vieille.

Ce n’est pas ce que je voulais dire et tu le sais très bien, espèce de sermonnaire d’encéphale ! Oh mais tu m’embêtes avec tes jugements de fondamentaliste. Si j’écris, c’est parce que les idées et les mots chahutent tant dans ma tête qu’ils ont fini par me lézarder l’esprit et s’en échapper tout naturellement sous l’impulsion de ma plume. L’acte d’écriture a sur mon état l’effet d’une ponction curative qui draine l’excès de trafic d’idées, pas toutes géniales, je te le concède, mais néanmoins trop nombreuses pour cohabiter sainement sous ce crâne où toi aussi tu as trouvé logis. Alors ne ridiculise pas mes efforts et ceux de mes semblables dans la quête d’une certaine satisfaction à assouvir nos pulsions puis leur donner un sens en les partageant, parce que tu sauras que… que…Guy ? Guy tu m’écoutes ? 

–          Humm ?

Oh tu m’écoutes ou quoi ? Je plaide la justification de ma présence sur terre, le sens de ma vie et l’appel de ma raison d’être. Écoute-moi, je suis en train de t’expliquer que je n’ai pas besoin du regard des autres pour être quelqu’un !

 –          Désolé poulette, je me suis endormi au début de ton homélie. Trop long. Je voulais t’en parler, d’ailleurs. Faudrait apprendre à faire court si tu veux être dans le vent.

Dans le vent ? Mais je n’en ai rien à cirer d’être dans le vent, tu n’as vraiment rien écouté.

 –          Non, rien. J’irai te lire…quand j’aurai 3 heures à perdre.

Tu dormais ? 

 –          Tu ne penses quand même pas que cette conversation m’intéresse? Moi aussi je m’en fiche des ours polaires.

Mais il ne faut pas s’en ficher Guy, il faut faire quelque chose.

 –          C’est ça. On attend ton signal, ok ?

C’est incroyable. Mon hamster me cause de l’insomnie même quand il dort.

 –          Ouais. On appelle ça de la méta-insomnie. Tu ne connais pas ?

***

« La vie n’est jamais aussi compliquée que se plaisent à l’imaginer les têtes faibles ». ~ Marcel Aymé
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s