Être quelqu’un

3h23 du matin. J’ouvre les yeux. J’ai dormi, j’ai même rêvé. Quel sentiment fabuleux.

 –          Eh la coquette, tu es réveillée?

Non.

 –          Dis, tu te souviens de cette émission l’autre soir avec tous ces gens exceptionnels qui parlaient du sens de la vie?

 Non.

 –          Mais oui, arrête de penser à tes vêtements pour samedi soir et active ta mémoire. Il y avait un moine bouddhiste, une bénévole en Afrique et une missionnaire laïque dans les favelas au Brésil.

 J’vois pas. Justement pour samedi soir, la petite robe noire ou les pantalons de cuir?

 –          Souviens-toi. L’homme chauve en sandales qui portait une robe rouge, la femme à barbe et une autre avec un nid d’oiseau aux aisselles.

 Ah oui, les trois illuminés mal habillés. Bon c’est décidé j’y vais avec les pantalons de cuir.

 –          Je comprends que cela te conforte dans ta médiocrité de parler d’eux en ces termes. Après tout, ces gens discutaient de choses sérieuses, vraies. Comme toi et tes pantalons de cuir.

Maintenant je ne pourrai jamais me rendormir avec l’image de cette femme à barbe dans la tête.

 –          Eh bien cette chèvre à barbichette, elle est médecin et traite des enfants sidéens au Mali, tu sauras.

 Pas une raison pour négliger l’épilation faciale.

 –          Et toi, tu fais quoi Pinotte ?

 J’essaie de dormir.

 –          Ton apport à la société, c’est quoi ?

 Je rêve ? Non mais dites-moi que je rêve et que dans quelques minutes je serai dans mon sommeil réparateur! Fichue vermine, mon apport à la société ? Tu veux mon rapport d’impôt, c’est ça ?

 –          Petite tête. Le sens de ta vie, tu n’y penses jamais ?

 J’ai mis au monde deux magnifiques futurs payeurs de taxes. Ce n’est pas un apport à la société, ça ?

 –          Pas nécessairement. Enfanter ne constitue pas un geste très éco-responsable. Tu contribues à la surpopulation terrestre, ce qui correspond davantage à un fardeau planétaire qu’à une contribution sociale. Demande aux environnementalistes.

 M’emmerdent, les environnementalistes. Et toi aussi tu m’emmerdes. Laisse-moi me rendormir.

 –          Voyons voir. Du bénévolat ? Non. Une vie spirituelle ? Rions en cœur. Une implication dans des causes locales ? Régionales ? Mondiales ? C’est le néant. Bravo, tu as le dossier parfait pour faire de la politique.

 Merci.

 –          Et tu sais que celui qui ne contribue pas à la solution…

 …contribue au problème. Je sais, je sais.

 –          Alors ? Quelle empreinte laisseras-tu dans ton sillon ?

 Je recycle.

 –          Ta vie est vide de sens, ma vieille.

 Je composte, je fais de l’exercice et je mange des légumes tous les jours. Et en plus il faudrait que je trouve un sens à ma vie ? Et quoi encore ? Je ne pourrais pas simplement vivre ? Sans but ni justification ?

 –          Non tu ne peux pas. Faut te rendre utile à ton espèce, ma poule. Cherche.

 Je donne.

 –          Tu donnes quoi ?

 Des tonnes de vêtements.

 –          Pitié, je les connais tes sacs de linge, Robin des fripes.  De quoi faire des costumes de carnaval, oui.

M’éneerve! Le sens de la vie Guy, c’est personnel. Je n’ai pas besoin de l’afficher sous des projecteurs pour démontrer mon importance sur cette planète.

 –          Tu dois donner au suivant princesse, c’est dans l’air du temps.  Tu n’as pas le choix, il te faut au moins une cause et du bénévolat au compteur si tu veux être quelqu’un.

 Être quelqu’un ? Mais je suis quelqu’un. Moi.

 –          De grâce. Paraît qu’on offre l’aide aux devoirs aux enfants en difficulté à l’école du quartier. Tu pourrais t’impliquer.

 L’aide aux devoirs ? Mais t’es complètement fêlé le quadrupède! Je ne fais que ça, l’aide aux devoirs. Tous les soirs de semaine avec mes deux écoliers qui rentrent avec des montagnes de mots de vocabulaire à étudier, de tables d’additions, de soustractions, de multiplications, de divisions et de bêtises à apprendre par cœur, des communications orales à préparer sur les zèbres, les lémurs, les inventeurs, les métiers au Moyen-Âge, les nuages, les locomotives au charbon. Je le fais mon bénévolat, t’inquiètes.

 –          Alors pourquoi pas dans les hôpitaux pour donner du répit aux parents d’enfants malades ?

 Du répit ? Du ré-de-foutu-pit ? Je dors debout, j’ai les yeux en trou de suce, j’ai un hamster qui mine ma concentration et tu voudrais que j’aille calmer des enfants malades? 

 –          Bon. On va trouver plus simple pour la névrosée bien épilée. Samedi prochain il y a une soirée de levée de fonds pour…

 Samedi soir, désolée  j’ai une sortie avec les copines. Im-po-ssi-ble d’annuler. Question de santé mentale.

 –          Santé mentale ? C’est à moi que tu dis ça ? Eh je ne suis pas ton mari, tu peux m’épargner la cassette.

Question d’équilibre, mon cher Guy. Tiens, le voilà le sens de ma vie. L’équilibre. Rechercher l’équilibre en toute chose. Atteindre la béatitude par l’équilibre. Ce faisant, j’irradie un bonheur et une sérénité dont profitent mes proches qui à leur tour se sentent inspirés à accéder à cet état grandiose d’équilibre et de bonheur. Une chaîne de félicité qui se transmet et se propage pour le bien de l’humanité entière.  Oh c’est bon, ça!

 –          Wow, une félicité grimpante transmissible entre humains. Mieux vaut ça qu’une gonorrhée, remarque.

 J’ai trouvé un sens à ma vie, youpi! 

 –          Et moi j’ai trouvé un sens à ma longue queue. Me pendre.

C’est ça, ouste! Je dois dormir.

 …

 Pourquoi je n’arrive pas à m’apaiser, là ?

 –          Mais oui, pourquoi ? Tu es pourtant débordante de sérénité et d’équilibre. Bizarre que tu ne sois pas plus calme et détendue.

 Faire le vide dans ma tête…

 –          Bonne chance, Bouddha.

 Dodo… je me calme, ça s’en vient…inspire, expire, oooh oui…oooh que oui.

 –          En passant…

 Hmmm?

 –          Tes pantalons en cuir, y t’font des grosses fesses.

 M’éneerve!

***
« Il faut essayer d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple. » ~ Jacques Prévert

 

Publicités

3 réflexions sur “Être quelqu’un

  1. Moi c’est hier soir que je me suis posé la question. Que je la lui ai posé aussi. Et si je mourrai là, tout de suite ou demain, je ne veux pas non je ne veux pas, pas tout de suite, il me faut encore du temps, je n’ai pas encore fini, qu’elle aura été ma vie. Sur la balance des possibilités et des potentiels, ce qui m’a été donné, ce qui m’a été transmis et ce que j’en ai fait. Une image en souvenir d’enfance. Je n’ai pas fait grand chose de bien, de bien petites choses oui. Mais je n’aide pas souvent les autres, parfois je ne les regarde pas, parfois je les regarde à distance. Je suis dans un monde d’où il est difficile de sortir quand il se fait tard et qu’il faut encore essayer de dormir.
    Et puis je ne suis pas partie à l’autre bout du monde pour aider les plus démunis ou lutter pour la sauvegarde de notre terre. Mes passions ? Il y a des gens qui ont des passions incroyables, je n’aurai jamais imaginé parfois qu’on puisse se passionner pour des choses dont moi je n’avais jamais entendu parler. Et les talents, il y en a de tout aussi incroyables, de peintres, de chanteurs, d’ acteurs, d’écrivains et des fous. Moi j’aime les mots, j’aime la lune, la musique et je crois à l’amour depuis toujours mais à part ça je n’ai rien fait qui puisse peser lours dans la balance. Mon enfant, mon enfant m’émerveille, je me surprends à le regarder avec surprise, avec tant d’amour étonné. Mais c’est pure folie, je n’aurai pas su l’inventer.

    J'aime

    1. Ma chère,
      je te lis et je comprends chacun de tes mots.
      Ils sont justes et ils sont beaux. En soi, ceci est déjà un immense talent. De pouvoir sentir, puis nommer, décrire ce que tu ressens. Et si tu apprends à ton enfant à faire de même, ton poids dans la balance sera énorme.
      Se poser des questions, c’est bien.
      Mais arrêter de s’en poser et simplement jouir du temps qui passe, c’est vraiment bien. Crois-moi!
      Merci de me lire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s