Détox

22h35. Ce soir je suis rompue de fatigue. Claquée.

Cet état d’épuisement augmente mes chances d’échapper à la tyrannie de Guy. Mais il faut tout de même respecter la routine inaltérable du dodo.

Thé blanc aux vertus apaisantes, pipi, démaquillant, tonifiant, crème contour des yeux, crème de nuit, brossage de cheveux, encore du thé blanc, brumisateur aux huiles essentielles apaisantes, encore pipi,  brume d’oreiller à la lavande, encore du thé blanc, lecture, étirements, brossage des dents, petit coup d’œil aux enfants qui dorment – so cute -, dernier pipi, masque sur les yeux, bouchons dans les oreilles, ça y est. Je suis prête. Oups, encore un pipi. Crème à main et voilà. Bonne-nuit-bons-rêves-pas-d’puces-pas-d’punaises-pas-de-rongeur-oh-please!-pas-d’rongeur.

 –          Euh tu fais quoi là, poulette?

Pas ce soir, Guy. Tu n’as aucune chance, je suis épuisée.

 –         Un défi ? J’adore! Eh, t’as écouté les nouvelles aujourd’hui ? Il y a un type fou de rage qui a tué ses deux enfants. À l’arme blanche. Tu imagines? Tu crois à ça toi, que tous les hommes qui se font plaquer sont des tueurs en puissance ?

Guy, si je ne dors pas je vais être malade. On en parle demain, ok ? Promis je te fais de la place durant  mon heure de lunch.

 –          4 ans et 6 ans. Penses-y.

Non, j’ai mal à la tête. Pitié.

 –          Attends, tu ne peux pas t’endormir sans t’informer un peu.

Je l’ai entendue cette histoire. J’y ai pensé toute la journée, à m’en fendre la cervelle. Alors là, j’ai vraiment besoin de dormir.

 –          Tendre Époux là, qui ronfle comme une moissonneuse-batteuse à tes côtés, penses-tu qu’il serait capable de faire une chose pareille si tu le quittais?

Non, il m’a déjà dit que si je le laissais, il se ferait une autre blonde rapido.

 –          Ça te rassure ? Et les enfants ? Tu penses qu’ils ont pleuré, qu’ils ont appelé leur mère ?

Arrête.

 –          Imagine la scène si c’était les tiens.

S’il-te-plaît, Guy. Tu sais que je ne dois pas penser à ces choses là. Je vais encore avoir des brûlements d’estomac.

 –          Écoutez donc la p’tite nature! Elle développe des brûlements d’estomac en dormant. On discute, faut pas se mettre dans cet état, poulette. Sérieusement, tu ferais quoi si tu perdais tes enfants ?

Ce serait la fin de ma vie psychique. Je deviendrais zombie.

 –          Zombie. Voyons donc! La vie continue, tu sais ? Les gens survivent, même aux pires drames. Pourquoi serais-tu différente des autres ?  Ce type qui a tué ses enfants, c’est un homme comme Tendre Époux, comme tous les autres hommes que tu connais.

Non, aucune ressemblance. Ça n’a rien à voir. Rien, tu m’entends. Je ne connais personne qui aurait pu commettre un geste pareil.

 –          Écoutez-la donc! Mais t’es vraiment la reine toi. Dans une classe à part, à l’abri de toute la laideur du monde. Allume agrume! Ce type, il a pété les plombs. Moment d’égarement, de folie passagère. Ça peut arriver à n’importe qui.

Non. Impossible. J’ai lu que la violence naît lorsque le langage perd sa fonction symbolisante qui permet l’expression des émotions sans détruire l’humain en nous.

 –          Mais oui bien sûr, la violence est exclusive aux abrutis qui ne savent pas parler en symboles. T’es géniale biquette, t’as jamais pensé donner des conférences à la NASA ?

J’te le dis Guy. Je crois que c’est ce qui est arrivé à ce papa. Il a détruit l’humain en lui en arrêtant de parler, de nommer ses frayeurs. Ou peut-être même n’a-t-il jamais appris à le faire.

 –          Nommer ses frayeurs ? Mais tu divagues ma pauvre, ton thé puant t’empoisonne les méninges. On ne tue pas ses enfants comme ça, parce qu’on ne sait pas dire « j’ai peur » ou « j’ai mal ». Même moi je sais ça.

C’est néanmoins ce qui à dû se produire. Il  n’a pas mis de mots sur sa souffrance. Or, la parole agit comme un régulateur  de l’agressivité. Quand on dit le mal, habituellement on a moins de chance de le commettre.

 –          Ouille, aille, oille. Voilà je viens de mettre des mots sur la souffrance que ton baragouin m’inspire. Pourtant, ça ne m’empêche pas d’avoir envie de te bousiller l’autodrome cérébral jusqu’au délire.

Tu savais que les enfants issus de familles maltraitantes développent souvent des troubles du langage ? Hein ? Le savais-tu, hamster inculte ?  Là où il n’y a pas de mots, il y a des coups.

 –          Mais oui c’est bien connu, il n’y a pas plus agressif qu’un mime.

Mais tu comprends que dalle, le raton! Le langage a une fonction dé-to-xi-fiante. La communication, je me dis que c’est un peu comme un organe vital. Cet homme a dû tranquillement s’intoxiquer moralement par le silence, l’absence de paroles, pour d’abord tuer l’humain en lui avant de poser son geste.

 –          C’est fini le cours de psychologie du déraillement?

NON c’est pas fini, je poursuis! Et je te conseille d’écouter, petit fumier de rongeur d’encéphale,  parce que c’est TOI qui me fait bouillir!

 –          Moi ? Mais j’ai juste…

Tu le boucles ce museau, non mais tu le boucles avant que je ne t’épile la moustache à la cire chaude ? Je n’ai pas terminé! Nos rapports aux autres forment une sorte de rituel communicatif qui permet la saine gestion des émotions.

 –          Souffrance, tu parles comme un curé qui enseigne la préparation au mariage.

Sans ces échanges – arrête de m’interrompre sinon j’te fais avaler ta queue! – sans ces échanges, les émotions baîllonées peuvent provoquer une manifestation d’actes violents. Voilà.

 –          Ok c’est beau, tu peux desserrer les poings Rocky, tu vas froisser tes draps. N’empêche, c’est n’importe quoi ton homélie.

Évidemment que tu ne comprends rien, demi-cervelle, mais tout s’explique quand on y réfléchit assez longtemps. Et ce que j’en comprends moi, c’est que NON Tendre Époux n’aurait jamais pu commettre un tel acte. Il sait s’exprimer, il comprend le principe de parler pour ventiler. Pour prévenir.

 –          Ouf, c’est terminé la soutenance de thèse ? Ce n’était pas une opinion ça, c’était un barbiturique.

Ça y est, j’ai le cœur qui bat comme un tambour de carnaval et je sue comme… comme un boxer en plein combat, justement.  2h15. Maudit hamster, il faut que je dorme!

 –          Oh piane-piane. Je te souligne que c’est toi qui t’es mise dans cet état. Moi je ne fais que poser des questions toutes simples. Et tes parents ? Tu y penses à la mort de tes parents?

Non pas ça Guy. Pas mes parents.

 –          Ben quoi? Tu sais bien que ça s’en vient cocotte. Purement mathématique. Des parents qui meurent, c’est dans l’ordre des choses.

Je ne t’écoute pas.

 –          Je vois ça d’ici. Une fille qui perd la boule suite à un deuil. Classique. J’connais des psy qui vont s’enrichir.

Zim-zim-zim, 1-2-3, 1-2-3…

 –           Et si tu mourais avant tes enfants? Penses-y. Ils s’en sortiront, remarque. Tu l’as dit toi-même, Tendre Époux peut se faire une nouvelle blonde rapido. Alors la vie continuera sans toi p’tite mère. Pas de souci.

Pourquoi tu me fais ça, Guy? ARRÊÊTE!

 –          Elle pleure. Regardez donc ça. Madame élabore des théories sur la vie mais n’arrive pas à concevoir la mort. C’est beau de te voir comme ça, dis. On dirait une scène de film d’auteur sans les sous-titres. « Belle de nuit ». Elle pleure en silence dans son lit pendant que son homme dort à ses côtés, ne se doutant de rien. Surtout ne pas le réveiller, ne pas bouger, ne pas se moucher. S’il fallait qu’il se rende compte qu’il a marié une folle qui braille la nuit.

Laisse Tendre Époux tranquille. Je pleure à cause de toi, sale rongeur et de toutes les horreurs que tu mets dans ma tête alors que je suis vannée. Ça n’a rien à voir avec lui. Rien. C’est TOI mon problème!  Alors tu lui fous la paix, OK?

 –          C’est bien, tu exprimes ta colère. Te sens-tu détoxifiée? Encore un peu de thé peut-être?

« Soleil couché, malheur pas couché » ~ Proverbe guadeloupéen

Publicités

10 réflexions sur “Détox

  1. Just kidding! As long as you can sleep enough at work to stay healthy, you should stay awake at night to express yourself, with words strung together with such wit, such intelligence.
    Bravo

    J'aime

  2. Je crois avoir trouvé la solution. L’ Insomniaque doit faire de l’activité physique. Comme régulateur de l’agressivité, c’est encore mieux que la parole. De plus, rien n’empêche de parler en même temps…

    « Il n’y a pas plus agressif qu’un mime » J’adore.

    J'aime

  3. De l’activité physique… Seulement quelqun qui n’a pas de problème d’insomnie peu dire une chose pareille. J’ai été insomniaque de l’âge de 12 ans jusque à tout récemment. L’activité physique n’a absolument rien à voir avec l’activité cérébrale et l’anxiété qui se met en branle lorsque nos amis Guy et compagnie se dandinent dans leur cage!!! Je t’en passe un papier!

    J'aime

  4. Autre petit truc pour éviter Guy, même sous la douche!!!

    A: pour aimer…..
    B: pour bonheur …
    C: pour comprendre….
    D: pour dormir….

    Tu comprends le principe?
    Essaie même si Guy te pertube au point d’épuiser tout les mots de la Francophonie …tu finiras par dormir au moins 2h!!!!

    Je suis d’accord ….Vive la communication et OUI je sens ta vibration!
    Lâches pas la patate zuz zuz zuz car tes nuits d’insomnies me touche!

    JFxx

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s